Autres catégories/Neuropsychologie

De l’épigénétique du suicide

27628648_10156166802659708_1736733650205421641_o copie.jpg

Par Cristian Newman via Unsplash

Dans le cadre de l’édition spéciale sur la prévention du suicide du journal Psy-Curieux, cet article traitera de l’épigénétique du suicide avec une approche neuropsychologique. Des sujets tels que la sérotonine, le facteur neurotrophique dérivé du cerveau BDNF, le cortisol, l’acide γ-aminobutyrique GABA, l’ADN méthyltransférase DNMT et les gènes TrKB et SKA2 (Labonté & Turecki, 2013) seront abordés.

Récepteur sérotoninergique 5-HT1A et suicide : L’autorécepteur sérotoninergique 5-HT1A inhibe la libération de la sérotonine des neurones du raphé. Les noyaux du raphé sont situés dans le tronc cérébral et leur principal neurotransmetteur est la sérotonine (Hornung, 2003). Il est deux fois plus probable que les personnes déprimées soient homozygotes, qu’ils aient un allèle de chaque parent pour le polymorphisme, soit la variante génétique de l’allèle Guanine 5- HT1A. Il est quatre fois plus probable que les personnes ayant complété un suicide soient aussi homozygotes pour cet allèle. L’allèle G active l’autorécepteur 5-HT1A, ce qui réduit la transmission sérotoninergique et prédispose à la dépression et au suicide (Lemonde et al., 2003).

Le facteur neurotrophique dérivé du cerveau BDNF : L’étude des cerveaux de gens décédés par suicide révèle la présence de méthyle, et cette formule du méthyle est CH3. L’ajout d’un groupement de méthyle à l’ADN se nomme la méthylation. La comparaison des échantillons de cerveaux de personnes décédées par suicide (Keller et al., 2010) à ceux des cerveaux de personnes décédées, mais non par suicide, a permis de constater un processus de méthylation sur les gènes BDNF à l’exon IV. Des chercheurs de la Corée ont découvert que des personnes dépressives ayant fait une tentative de suicide avaient un niveau bas de BDNF dans le plasma (sanguin) (Kim et al., 2007). Les aires de Wernicke (associées au langage) des cerveaux de gens décédés par suicide ont révélé qu’il y avait une augmentation de la méthylation à l’exon IV en comparaison à des cerveaux de personnes décédées, mais non par suicide.

Cortisol : Des faibles niveaux de cortisol sont associés à une enfance dans laquelle on retrouve souvent une adversité et des comportements externalisés problématiques, suggérant le rôle potentiel de la diminution de l’inhibition liée à des comportements dangereux et risqués (Keilp et al., 2016). Chez les patients ayant fait une tentative de suicide dans l’année précédant la recherche, les chercheurs ont trouvé des niveaux significativement inférieurs de cortisol. Ces résultats corroborent l’hypothèse que l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien est impliquée dans les comportements suicidaires (O’Connor, Green, Ferguson, O’Carroll & O’Connor, 2016).

Acide γ-aminobutyrique GABA : Un ratio GABA/créatine plus faible été observé chez des femmes vétérans ayant des comportements suicidaires (Sheth, McGlade, Prescott, Renshaw & Yurgelun-Todd, 2017). Le neurotransmetteur GABA est impliqué dans les réponses d’inhibition neuronale (McCormick, 1989). De plus, le gène codant pour GABA comportait des aberrations dans la méthylation de l’ADN dans le cortex frontopolaire des personnes décédées par suicide (Poulter et al., 2008).

ADN méthyltransférase DNMT : L’ADN méthyltransférase est une enzyme qui catalyse le transfert d’un groupe méthyle sur une base nucléique cytosine ou adénine. L’alphabet génétique est composé de quelques bases nucléiques : cytosine, adénine, guanine et thymine. Les transcrits du gène de l’ADN méthyltransférase (DNMT) sont altérés dans plusieurs endroits dans le cerveau de personnes décédées par suicide tels que l’amygdale, le cortex frontopolaire et le noyau paraventriculaire de l’hypothalamus (Poulter et al., 2008).

Gènes TrKB : Après s’être fixé et avoir activé le récepteur de la tyrosine kinase B (trk B), le BDNF est directement impliqué dans plusieurs fonctions physiologiques dans le cerveau, notamment pour la survie des cellules et la plasticité synaptique. Le BDNF est un polypeptide essentiel pour la survie, le développement et le fonctionnement des neurones. Dans le cortex préfrontal et l’hippocampe de personnes décédées par suicide, on trouve un niveau réduit d’expression de BDNF et de Trk B. Ces molécules pourraient donc être importantes en ce qui concerne les aspects pathophysiologiques des comportements suicidaires (Dwivedi, Rizavi, Conley, Roberts, Tamminga & Pandey, 2003).

Gènes Ska2 : En observant l’interaction du gène SKA2 et le stress, on peut prédire le comportement suicidaire avec 80% de précision. L’hypothèse suivante stipule que le gène SKA2 devrait réduire l’habileté à supprimer le cortisol après un épisode de stress (Kaminsky et al., 2015).

En étudiant l’épigénétique du suicide, on tente de mieux comprendre le phénomène afin de le prévenir, et ainsi réduire les comportements suicidaires. Il est actuellement possible de réaliser un test d’ADN au privé, coûtant environ 300 $. Considérant que ce sont les résultats bruts qui sont transmis, ces derniers peuvent être incompréhensibles pour les non-initiés. De ce fait, le coût est plutôt abordable lorsque le test est effectué par le système de santé et que les résultats sont vulgarisés. J’ignore toutefois s’il est possible de tester la méthylation de l’ADN. Quoi qu’il en soit, l’approche neuropsychologique nous permet de mieux comprendre divers enjeux liés au suicide et offre un regard différent sur le phénomène.

Par Élodie Lavoie

 

RÉFÉRENCES

Dwivedi, Y., Rizavi, H. S., Conley, R. R., Roberts, R. C., Tamminga, C. A., & Pandey, G. N. (2003). Altered gene expression of brain-derived neurotrophic factor and receptor tyrosine kinase B in postmortem brain of suicide subjects. Archives of General Psychiatry, 60(8), 804-815.

Hornung, J. P. (2003). The human raphe nuclei and the serotonergic system. Journal of Chemical Neuroanatomy, 26(4), 331-343.

Kaminsky, Z., Wilcox, H. C., Eaton, W. W., Van Eck, K., Kilaru, V., Jovanovic, T., … & Smith, A. K. (2015). Epigenetic and genetic variation at SKA2 predict suicidal behavior and post-traumatic stress disorder. Translational Psychiatry, 5(8), e627.

Keller, S., Sarchiapone, M., Zarrilli, F., Videtič, A., Ferraro, A., Carli, V., … & Pisanti, F. (2010). Increased BDNF promoter methylation in the Wernicke area of suicide subjects. Archives of General Psychiatry, 67(3), 258-267.

Keilp, J. G., Stanley, B. H., Beers, S. R., Melhem, N. M., Burke, A. K., Cooper, T. B., … & Mann, J. J. (2016). Further evidence of low baseline cortisol levels in suicide attempters. Journal of Affective Disorders, 190, 187-192.

Kim, Y. K., Lee, H. P., Won, S. D., Park, E. Y., Lee, H. Y., Lee, B. H., … & Choi, S. H. (2007). Low plasma BDNF is associated with suicidal behavior in major depression. Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry, 31(1), 78-85.

Labonté, B., & Turecki, G. (2013). Impact of the early-life environment of the epigenome and behavioral development. Dans A.K. Naumova & C.M.T. Greenwood (Éds.), Epigenetics and complex traits. New York : Springer

Lemonde, S., Turecki, G., Bakish, D., Du, L., Hrdina, P. D., Bown, C. D., … & Ou, X. M. (2003). Impaired repression at a 5-hydroxytryptamine 1A receptor gene polymorphism associated with major depression and suicide. The Journal of Neuroscience23(25), 8788-8799.

McCormick, D. A. (1989). GABA as an inhibitory neurotransmitter in human cerebral cortex. Journal of Neurophysiology, 62(5), 1018-1027.

O’Connor, D., Green, J., Ferguson, E., O’Carroll, R., & O’Connor, R. (2016). Cortisol reactivity and suicidal behaviour: the role of hypothalamic-pituitary-adrenal axis responses to stress in suicide. European Health Psychologist, 18(S), 298.

Poulter, M. O., Du, L., Weaver, I. C., Palkovits, M., Faludi, G., Merali, Z., … & Anisman, H. (2008). GABA A receptor promoter hypermethylation in suicide brain: Implications for the involvement of epigenetic processes. Biological Psychiatry, 64(8), 645-652.

Sheth, C., McGlade, E., Prescott, A., Renshaw, P., & Yurgelun-Todd, D. (2017). 932-Proton Brain GABA and Suicidal Behavior in Veterans. Biological Psychiatry, 81(10), S377.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s