Autres catégories/Psychologie communautaire

La prévention du suicide : une perspective masculine

jake-melara-1406 copie

Par Jake Melara via Unsplash

Janie Houle est psychologue communautaire, professeure au département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal, chercheure au Centre de Recherche et d’Intervention sur le Suicide et l’Euthanasie (CRISE) ainsi que membre de l’équipe de Masculinités et Société.

Dans le cadre de la semaine de la prévention du suicide, le travail de Janie Houle sur la santé des hommes, et plus particulièrement les hommes dépressifs ou suicidaires, met en lumière la nécessité de se pencher sur ce problème. La chercheure a examiné les différentes raisons pour lesquelles les hommes se suicident ainsi que les méthodes et pratiques encouragées dans le milieu médical et thérapeutique pour diminuer les risques de passage à l’acte.

La chercheure dénote que les troubles en santé mentale sont sous-diagnostiqués chez les hommes, et qu’il existe une forte comorbidité entre la dépression et la toxicomanie chez 42% des hommes décédés par suicide (Séguin et al., 2006). La toxicomanie est prévalente puisque les recherches montrent que l’automédication serait perçue comme moins stigmatisante que la psychothérapie ou la médication au sein de la­ population masculine. (Potvin N., Pham L. V., 2012)⁠

Une étude qualitative réalisée à partir d’un échantillon de 68 hommes en détresse de la région de Montréal montre que ces derniers ne sont pas réticents à demander de l’aide, mais qu’ils se trouvent bloqués par la lenteur du système de service de santé et les nombreuses étapes menant au suivi psychologique par un professionnel (Louis et al., 2013)⁠⁠. Une autre étude conclut que 43% des hommes en dépression préféreraient une psychothérapie contrairement à une pharmacothérapie, mais qu’encore une fois, les obstacles tels que les moyens financiers, le système de santé et la longue attente mettent un frein à leur persévérance (Roy, Tremblay, Guilmette, Bizot, & Houle, 2014)⁠.

De plus, il faut comprendre que l’adhésion au rôle genré masculin augmente le risque de commettre une tentative de suicide en raison de son « impact négatif sur le soutien social, la demande d’aide et l’état mental » (Houle et al., 2008). C’est de cette façon qu’il faut créer des interventions et des pratiques prenant en compte les contradictions entre les exigences de la thérapie telles que dévoiler sa vie privée, renoncer au contrôle, entretenir une relation intime non sexuelle, etc., et les exigences du rôle traditionnel masculin qui incitent plutôt à cacher sa vie privée, à maintenir le contrôle, à sexualiser l’intimité, etc. (Brooks,1998 cité dans Dulac, 2009). Tous ces éléments, et plusieurs autres, sont des actions favorisées en thérapie et sont contraires au rôle masculin traditionnel.

 

Interventions

Lorsqu’un homme entreprend un processus thérapeutique, il est important d’adapter les interventions au contexte de vie du patient. Avant tout, il importe d’accueillir les émotions exprimées et de les légitimer, même s’il s’agit de colère. Cela ne peut que solidifier l’alliance thérapeutique.

Ensuite, plusieurs méthodes peuvent être employées pour améliorer la condition du client. Le thérapeute peut diriger son approche vers quelque chose de plus pragmatique comme la résolution de problèmes jusqu’à ce que le client se sente à l’aise de partager ses émotions.

Concernant la famille, lorsqu’il y en a une, il est important de faire de la conjointe une alliée dans le processus en favorisant la communication et l’écoute entre les partenaires. De plus, le suicide est parfois perçu comme une solution qui soulagera les proches d’un fardeau, il faut lui faire réaliser les conséquences réelles et négatives de ce geste telles que le deuil de ses proches, l’accentuation de leur souffrance et l’augmentation du risque de suicide chez ces derniers. Ainsi, il faut absolument explorer les raisons de vivre de l’individu qui serviront de facteurs de protection dans l’intervention.

Lors de toute intervention avec une personne à haut risque, il est impératif d’évaluer la dangerosité du passage à l’acte et de retirer l’accès aux moyens. Si un problème de toxicomanie est présent, le thérapeute peut alors référer et accompagner son client dans ce processus de traitement des dépendances pour diminuer les risques de comportements suicidaires.

Un des moyens recommandés par plusieurs groupes québécois est de s’émanciper de ce rôle genré traditionnel pour éviter la souffrance causée par l’intégration du modèle masculin. Ce changement social ne pouvant être immédiat, il est important que les intervenants accueillent les hommes tels qu’ils sont pour favoriser un meilleur soutien psychologique.

Par Roxanne Martin

 

Bibliographie 

Houle, J., Villaggi, B., Beaulieu, M.D., Lespérance, F., Rondeau, G., et Lambert J. (2013). « Treatment preferences in patients with first episode depression ». Journal of Affective Disorders, 147, 94-100.

Lajeunesse, S. L., Houle, J., Rondeau, G., Bilodeau, S., Villeneuve, R., et Camus, F. (2013). Les hommes de la région de Montréal : Analyse de l’adéquation entre leurs besoins psychosociaux et les services qui leur sont offerts. Montréal: ROHIM.

Potvin N., Pham L. V., et Damasse J. (2012). Bilan des projets d’intervention et d’évaluation auprès des hommes en situation de vulnérabilité. Ministère de la Santé et des Services sociaux. Gouvernement du Québec.

Séguin, M., Lesage, A., Chawky, N., Guy, A., Daigle, F., Girard, G., & Turecki, G. (2006). Suicide cases in New Brunswick from April 2002 to May 2003: The importance of better recognizing substance and mood disorder comorbidity. Canadian Journal of Psychiatry, 51(9), 581–586. https://doi.org/10.1177/070674370605100906

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s